05 février 2006

Québec solidaire : trouvez l'erreur

Les militants ont aussi adopté la déclaration de principes du nouveau parti. Ainsi, Québec solidaire sera « écologiste, de gauche, démocrate, féministe, altermondialiste, d'un Québec pluriel, pacifiste et souverainiste ».
(Cyberpresse)


 


L'arrivée d'un nouveau parti politique sur la scène provinciale est en soi une bonne nouvelle. D'autant plus que ce parti nous arrive avec une vision. Un peu plus et, pour la première fois de ma vie, j'allais 'prendre ma carte de membre' partisane.



Trop beau pour être vrai, cependant. Le parti Québec solidaire est souverainiste. Comme si la solidarité devait être séparatiste! Cette orientation est à mes yeux tout à fait incohérente : comment la solidarité québécoise peut-elle être exclusivement le lot des souverainistes? Je ne comprends pas. D'autant plus que sur le plan strictement stratégique, cette orientation est tout à fait irrationnelle, la majorité des Québécoises et des Québécois étant nationalistes sans être souverainistes. Les résultats de la dernière élection étaient pourtant clairs comme de l'eau de roche!



Ce qui aurait pu être un emballant projet de société pour tout le Québec est ainsi réduit à une lutte idéologique entre péquistes. Comme Canadien, je ne m'en plains pas; comme Québécois nationaliste ouvert, je trouve bien triste ce rendez-vous manqué avec l'espoir.



3 commentaires:

sm a dit...

Québécois nationaliste ouvert? Tu veux dire : soumis et achetable. Être binational comme tu prétends l'être, ce n'est pas possible. Tu ne peut pas mettre du lait dans ton café et le boire noir à la fois. Ce n?est pas du nationalisme ça, c'est de l'opportunisme.

L'erreur de Québec solidaire n'est pas entre pluriel et souverainiste. Vouloir améliorer le sort du Québec passe nécessairement par l'affranchissement et le projet souverainiste est pour tous les québécois sans exceptions, même les disciples d'Elizabeth comme toi.

L'erreur est entre pluriel, féministe et altermondialiste.

JT a dit...

«Le gros bons sens c'est l'antidote de l'incohérence, de l'étroitesse d'esprit et du préjudice.»
S. Martel

sm a dit...

Je ferais remarquer à JT qu?un préjudice c'est une opinion préconçue, que la libéralité d?esprit n?est pas l?absence de convictions et que la critique peut-être cohérente comme dans ce cas-ci. J?ai émis une opinion claire, bien énoncée et bien éclairée puisque émanant de la lecture des textes de l?auteur critiqué.

Le gros bon sens, c?est l?évidence même et l?évidence même c?est qu?on ne peut pas porter allégeance à deux nations antagoniques simultanément.