03 janvier 2006

Pour une nouvelle éthique télévisuelle

Retour des Bougons, hier soir. Même si la tentation est grande de le faire, non, je ne qualifierai pas de nouveau cette émission de décadente comme je l'aurais fait l'an dernier -- résolution oblige --, même si une certaine scène 'cochonne' m'a fait remonter dans le gorgoton le dernier beigne fourré à la crème que j'ai enfilé goulûment il y a quatre ou cinq ans chez Machin Donuts... Le plus triste de cette scène grotesque, c'est qu'elle risque de nous faire oublier le reste -- l'essentiel, devrais-je dire -- de l'émission : une des plus belles satires qu'il m'ait été donné de voir de notre 'système de santé à deux vitesses'. Du grand Évrard et du grand Aetios, gâchés pour épater la galerie!



Notre télévision, même publique, semble s'être donnée pour mission d'éventrer tous les tabous sexuels, tant ces derniers inspirent un grand nombre d'émissions. Et ce n'est pas fini. Forts de l'appui de la Cour Suprême, nos canaux pourront bientôt étaler toutes les formes possibles et inimaginables d'échangisme sexuel pour maintenir leurs cotes d'écoute...



J'ignore jusqu'où cela va nous mener comme société : à foutre en l'air toute éthique ou à développer une nouvelle éthique?



Pour l'instant, la première alternative semble gagnante et payante : j'ai lu quelque part que Les Bougons est l'émission du petit écran qui rapporte le plus par trente secondes en revenus publicitaires...



Parmi nos diffuseurs de fonds de culotte, n'y a-t-il pas quelqu'un qui soit capable de se rhabiller et de mettre de l'avant une nouvelle éthique télévisuelle? Je pense ici à une télévision qui serait pro-active, à une télévision qui s'impliquerait autrement que par une grande guignolée d'un jour qui lui ressemble trop. Je pense à une télévision qui ne laisserait pas ses téléspectateurs impuissants devant des images d'inhumanité comme celles d'un TéléJournal récent montrant des Pakistanais, hommes, femmes et enfants, en train de geler dehors dans la neige parce qu'ils n'ont pas encore reçu suffisamment d'aide internationale pour se reloger après le séisme dont ils ont été victimes il y a trois mois...



Une télévision mobilisatrice plutôt qu'à-plat-ventrissante...



1 commentaire:

François Guité a dit...

Il est fascinant, en effet, de voir la télévision évoluer vers (sensationnalisme, voyeurisme, sexe, etc.) le bas plutôt que vers le haut. C'est dommage, car si la télévision était plus interactive, elle tendrait davantage vers la communauté, comme le Web.

J'ai réellement l'impression que la télé est en train de devenir le refuge des technophobes, d'une masse passive qui préfère se laisser servir ses choix.