09 septembre 2005

Déblocage (et 'débloguage')

Quelques semaines de repli et d'errance m'ont fait du bien et m'ont rassuré. Personne ne s'est inquiété du 'silence' de Franchement! depuis un mois : personne donc ne s'y était habitué. Hourra! Je me méfie des blogues comme des gens, des chefs surtout, qui créent des attentes...



J'ai volontairement omis de regarder hier le documentaire de Radio-Canada sur le référendum de 1995. Les quelques minutes de l'épilogue que j'en ai captées avant le Téléjournal m'ont convaincu que j'avais bien fait : c'était là la conclusion d'un argumentaire à thèse bien plus que la conclusion d'un documentaire... Les bons Québécois, les méchants Canadiens français...



Mais c'est tout autre chose qui me fait débloquer (débloguer) aujourd'hui. Qui l'aurait prédit il y a quelques mois : les péquistes peuvent maintenant parler ouvertement sans avoir à tenir des propos monolithiques du genre « il nous faut des conditions gagnantes »! Les candidats à la chefferie du parti peuvent du moins le faire, ce qui est un bon commencement, non?



J'ai souvent ici pourfendu le culte du chef qui caractérise la politique de notre temps (et pas seulement au Québec). Hier, en regardant Le Point, j'étais ravi, libéré quelque part. Je l'ai même regardé deux fois, grâce aux deux éditions du Téléjournal de fin de soirée, comme pour m'assurer que je n'avais pas rêvé! Les quatre candidats invités pouvaient exprimer publiquement leurs différences de vue, avaient même droit au cafouillage... Non, mais... Ça m'a fait du bien.



Un vent démocratique serait-il en train de se lever dans ce pays? La parole serait-elle en train de reprendre ses droits? Au moins huit candidats à la chefferie parmi lesquels les péquistes enregistrés devront faire un choix responsable après analyses et réflexions au lieu de n'avoir qu'à s'incliner de facto devant une tête autocouronnée : tous les espoirs sont permis pour un virage politique à 180 degrés. Si la tendance se maintient et si les langues continuent à se délier ailleurs que dans les cuisines et les salons médiatiques avides et à vide, à se délier là où ça compte, là où des décisions se prennent qui scellent le sort de la majorité tellement appréciée des chefs-rois lorsqu'elle reste silencieuse.


3 commentaires:

climenole a dit...

J'ai eu la même réaction que vous. Je me sens émotionellement incapable de voir ce genre de "documenteur"...

La mauvaise foi "souviens-rieniste" me laisse complètement gaga.Mais leur contre-partie fédéraleuse aussi: je n'ai jamais vu autant de nullités intellectuelles.

Un exemple(le meilleur à mon avis pour mes compatriotards amateurs de loteries) le fameux 50%+1 gagnant.

Je remarque tout d'abord que dès le premier référendum la victoire du non à près de 60% a été immédiatement rejetée comme nulle.

Un référendum est considéré comme valable par les souviens-rienistes
uniquement si EUX le gagnent, autrement il n'est pas décisif et on recommence. Si j'ai bien compris, tu répond comme je veux sinon ta réponse n'est pas valable. Comment se fait-il que l'imposture de cette position n'ait jamais été critiquée ?

Si la victoire du NON à 60% n'est pas valable pourquoi celle du OUI à 50% + 1 le serait ?

C'est d'ailleurs une arithmétique amusante:

avec 100 électeur 50%+1 = à 51%
avec :
1000 = 0,501%
10 000 = 0,5001%
100 000 = 0,50001%
1 000 000 = 0,500001% ...

Cela vous l'aurez constaté se rapproche d'un "choix" aléatoire,
en somme un pile ou face ou une loto-rendum.

Une loto-rendum truquée d'ailleurs:
n'est valable que si le OUI est tiré pas le NON...

Qu'attend la Régie des Loteries et Courses pour intervenir? ;-)

Qui va finir par dénoncer cette imposture ? QUI???

P.S. le peu de commentaires sur votre blog provient sans doute du fait qu'il faut avoir un compte Blogger pour le faire...

Si cela vous intéresse il y a des solutions "gratos" fort valables
comme Serendepia...

Bonne journée. :)

climenole a dit...

OH ! J'ai écrit une "hénaurmité" !!!

c'est plutôt :
0,01%
0,001%
0,0001%

etc...

Désolé. :-(

Rouge de honte, je vous souhaite une bonne fin de semaine !

JT a dit...

1. Je ne crois pas que les souverainistes soient de mauvaise foi, sauf peut-être 0,01 % d'entre eux. Pas plus que les fédéralistes, d'ailleurs.

2. Le coeur a des raisons que la raison n'arrive pas à comprendre. Le coeur patriotique n'échappe pas à cette règle.

3. À mon humble avis, le Canada a besoin du Québec comme le Québec a besoin du Canada. C'est une questions d'histoire et d'évolution identitaire. On dit que les meilleurs couples sont le résultat d'identités opposées.

4. Il n'est pas nécessaire d'avoir un compte Blogger pour inscrire un commentaire. On peut choisir une autre identité en pointant «Autres» ou «Anonyme».