20 juin 2004

La paternité en péril - 1

Le prétexte. - La Fête des pères! Belle occasion d'aborder un sujet à bout portant : la paternité.



Constat. - Allez donc comprendre la paternité! Allez comprendre comment il se fait qu'avec le même équipement -- standard chez tous les gars (à ce que je sache) -- il y en a qui réussissent à faire des enfants, d'autres, pas; il y en qui réussissent à être pères et à élever leurs enfants, d'autres, pas; il y en a même qui réussissent à être pères et grands-pères à la fois.



Hypothèse juste pour rire. - Je pense que c'est une question de mode d'emploi, tout simplement. Certains n'ont pas eu le mode d'emploi, ou ne l'ont pas lu, ou n'en ont lu que les premières pages. Et puis, là comme ailleurs, les gars utilisent l'équipement tout de go : nos ancêtres se débrouillaient sans mode d'emploi, pourquoi pas nous, et bla bla bla. Or, les gars, vos vrais amis vous le diront : on ne devrait pas utiliser un équipement aussi sophistiqué sans en connaître le mode d'emploi. Mais les vrais amis sont rares.



Hypothèse moins drôle. - Contrairement à la maternité qui est naturelle et innée chez les filles -- on appelle ça l'instinct de maternité --, la paternité a besoin d'être apprise : parce que l'instinct de paternité, ça n'existe pas. Pire encore, il ne se trouve personne pour enseigner la paternité; l'école des pères, ça n'existe pas non plus. J'irai plus loin : personne n'est vraiment capable de l'enseigner parce qu'on ne s'entend pas encore, après des siècles d'évolution (!), sur ce qu'est la paternité et ce qu'elle devrait être. Sauf exceptions, il n'y a donc pas d'autre choix que d'apprendre la paternité par soi-même : les exceptions étant la transmission de la paternité de père en fils par les quelques pères qui l'ont.


À suivre.



Aucun commentaire: